Portrait ISP Hugues SIGLER

Hugues SIGLER,

 

HUGUES SIGLER48 ans, infirmier libéral, ISPV de groupement au SDIS 56

 

Après l’entretien mené avec Hugues, je ne peux qu’être impressionné par un parcours atypique et à 200 à l’heure.

Lui-même se caractérise comme un hyperactif, exigeant dans son travail et dans celui des autres.

 

Marié et père de 2 enfants, il arrive à exercer son activité professionnelle, sa forte implication d’ISP du Groupement de Lorient dans le Morbillan et sa vie personnelle. Comme tous les ISP me direz-vous !! Mais à l’écouter, on sent un homme investi, motivé, aimant le travail bien fait et fier de mener une action citoyenne.

 

Revenons ensemble sur le parcours de cet infirmier quelque peu hors du « commun »….

- SPV au sein du SDIS de l’Essonne de 1982 à 1986

- S’engage dans l’armée comme Aide-soignant en 1985.

- Il intègre l’école d’infirmier militaire à Toulon en 1993 puis sort comme infirmier un an plus tard en 1994. (Infirmier autorisé Polyvalent)

- Il poursuit son engagement comme infirmier militaire avant de passer le Diplôme d’Etat d’Infirmier en 2000 (candidat libre).

- Parallèlement, il s’engage comme ISPV au SDIS 78. (2000/ 2001).

- Il met un terme à sa carrière de militaire en 2002 après 16 ans ½ de service.

- Il intègre le Centre Hospitalier de Quimperlé dans le Finistère où il travaillera au sein d’un service de chirurgie avant de travailler comme infirmier libéral, ce qu’il pratique encore aujourd’hui. Pour lui, le libéral est synonyme de liberté.

- 2003 à  2005 ISPV au SDIS 56 où il travaillera notamment sur la mise en place de la 1ere VLI sur le secteur de  Lorient. Il a obtenu son brevet d’ISPV à l’ENSOSP et son DIU SSSM pendant cette même période.

- De 2005 à 2007, il va vivre une nouvelle expérience à travers une nouvelle région. Cette fois-ci, Hugues va quitter la métropole pour se rendre en territoire d’outre-mer. C’est en Nouvelle-Calédonie qu’il deviendra un ISPV quelque peu particulier. Il sera infirmier de chefferie avec pour objectif la création du SSSM avec l’aide de l’école des sapeurs-pompiers de Nouvelle-Calédonie. Cette activité lui prendra l’ensemble de son temps professionnel. Cette fonction d’encadrement lui sera très bénéfique, riche de rencontres et de création de projets. En effet, la construction d’un service est une tache immense, qui nécessite la rencontre et les échanges avec de nombreuses personnes tant du monde politique local que de partenaires de la santé. Pour lui, cette expérience a permis de « défendre des projets », « de rencontrer des personnes très intéressantes»,  « apprendre beaucoup ». Son activité en Nouvelle-Calédonie ne s’est pas cantonnée à sa mission de chefferie mais il a également pris part à l’activité opérationnelle en garde ou sur sollicitations. Il a exercé notamment son activité opérationnelle sur la ville de Païta. Pour lui, l’activité opérationnelle est très différente de celle de métropole notamment à cause des nombreux AVP et de la particularité de prise en charge des traumatisés, souvent à distance des structures hospitalières. D‘un point de vue professionnel, ces prises en charge ont été très riches d’expérience.

- En 2007, retour en métropole au sein du SDIS 03 dans l’Allier. Il exerce les fonctions d’ISPV de groupement dans l’Ouest du département (Montluçon). Il y restera 18 mois, tout en travaillant dans le libéral sur le secteur de Nîmes. Notion importante de sa carrière :  il est réserviste au 1er Régiment Etranger de Cavalerie (légion étrangère) à Orange où il œuvre comme infirmier. Cette fonction lui permettra de partir en OPEX en 2008 à Djibouti (13ème Demi Brigade de la Légion Etrangère) pendant 3 mois ½ dans un centre d’entrainement au combat (Arta plage).

- Hugues a effectué plusieurs OPEX durant sa carrière militaire ; il est décoré entre autres de la croix de la valeur militaire, croix du combattant, de la  reconnaissance de la nation.

- 2008 : une nouvelle année de changements…. Hugues à la bougeotte, oui, c’est sûr ! lui-même me dit que « l’immobilisme n’est pas pour moi ». Pour raisons professionnelles, retour en Bretagne et au SDIS 56, activité en libéral toujours, mais arrêt d’une année comme réserviste. Il passe sa FAE d’ISP de Groupement à l’ENSOSP et sera, ce qu’il est toujours aujourd’hui, infirmier de Groupement Territorial sur le secteur de Lorient.

 

Un CV bien rempli, de la route faite durant toutes ces années, un homme aux multiples passions qui sait occuper son temps libre et qui surtout, offre ses compétences au service de la nation et des concitoyens.

 

Une question me brûle les lèvres : « Comment fait-il tout cela dans une journée ? »

Hugues est très reconnaissant envers son épouse qui accepte ses multiples activités et, comme il le dit, « accepte son hyperactivité ». Pour lui, c’est grâce à elle que tout ceci a été et reste possible.

Hugues essaye de combiner d’autres activités que son emploi comme IDE libéral et ISPV de Groupement lui permet. Il essaye de faire régulièrement du sport, consacre tout le temps restant possible à sa famille et à l’éducation de ses enfants, propose régulièrement une sortie cinéma afin « de se vider la tête » et pour finir, entretient une petite maison dans le Berry qui a pour intérêt de lui donner un peu de travail tout en se faisant plaisir.HUGUES SIGLER

 

Hugues est un passionné et cela se sent, il aime le travail bien fait (normal c’est un ISP !!). Pour lui, être ISP est « un véritable engagement citoyen » et il avoue très modestement « ne pas être un chasseur de primes qui fait cela pour gagner de l’argent ». Il « essaye de mettre sa pièce à l’édifice » et je pense que l’on peut dire qu’une belle maison a été montée en toutes ces années de pierres déposées.

 

Quand on lui demande quel est son trait de caractère principal, il dit sans hésiter qu’il en a un mais qu’il s’agit de sa qualité mais aussi de son défaut : l’exigence. Il avoue être aussi exigent avec lui qu’envers les autres et reconnaît l’être probablement de trop….

 

Pour lui, être ISP c’est « partager une expérience, apporter modestement des choses aux autres, aimer se sentir utile et s' intégrer dans un réseau ». « Le fait de pouvoir aujourd’hui travailler dans une dynamique de responsable est très intéressante ».

 

Lorsque l’on parle futur, Hugues espère pouvoir travailler au groupement fonctionnel et non plus territorial afin de pouvoir exercer d’autres missions. Toujours plus de travail pour ce forçat de boulot !!

Il espère évoluer dans son grade afin de devenir infirmier-chef. Comme certains d’entre vous, il attend le changement des textes de refonte de la filière SSSM et pouvoir ainsi être recruté  comme ISPP. Il m’a fait beaucoup rire en me disant « il faut que je trouve un SDIS qui veut bien recruter un vieux avec un peu d’expérience ».

 

Parlons de l’avenir des ISP cette fois-ci. Hugues n’est pas inquiet quant à l’avenir des ISP en France. Pour lui, les ISP ont une place, ont leur place. Il demande même pourquoi les ISP seraient si nombreux en France s’ils n’avaient pas leur place ??

 

Un moment très agréable passé avec lui lors de cet entretien. J’ai pu rencontrer un homme certes exigeant mais tellement investi humainement et professionnellement dans son engagement citoyen que cela impose naturellement le respect.

 

Un grand merci pour s’être prêté au jeu du question/réponse pour cette nouvelle rubrique du site de l’ANISP.

 

ISP Franck PILORGET

ANISP / Pôle NTIC

Envoyer
Inscription Désinscription
  • Membres total
  • Membres en ligne
  • Anonymes en ligne